URGENT TELEPHONE

Bonjour, suite à un soucis technique , le Lycée du Pays de Bray site de Brémontier Merval n’est pas joignable par téléphone fixe.

Vous pouvez nous contacter au 06 23 80 42 68 ou par mail: lpa.merval@educagri.fr

Le site de Neufchâtel en Bray reste joignable normalement.

Zoom sur … Visite de l’exploitation

« Les champs de Bray » à Avesnes en Bray, le 18 mai 2021 BAC PRO I

Proposée par l’ANBDD, (Agence Normande de la Biodiversité et du Développement Durable), les élèves de Bac Pro I ont participé à un DDTour sur le thème de l’agroécologie. 

L’objectif de cette visite était de les sensibiliser aux enjeux de la transition écologique par un retour d’expériences exemplaires de professionnels.

Celle-ci  s’est déroulée à la ferme  « Les Champs de Bray », chez Charlène et 

Thomas Fourdinier, à Avesnes en Bray.

Il a beaucoup été question d’autonomie : alimentaire pour l’atelier lait, pour les intrants concernant les cultures et enfin décisionnelle : les agriculteurs revendiquant et assumant leurs propres choix dans la conduite de l’exploitation.  

La diversification est aussi un axe de développement  avec un atelier maraîchage et un autre de poules pondeuses mobile, les exploitants recherchant les synergies entre les différentes productions.  Le bilan carbone a également été évoqué, comme indicateur des démarches agro écologiques engagées.

 Enfin, la place de l’humain et, en particulier, celle des femmes, puisque l’exploitation compte 3 femmes et 2 hommes, est  un facteur prioritaire pour la dynamique de l’entreprise et son attractivité.

ML DUFOUR et B.CAILLY

ZOOM sur…l’Enseignement Agricole


Source: https://www.letudiant.fr/lycee/lycees-agricoles-le-vrai-ou-faux-des-idees-recues.html



Lycées agricoles : le vrai ou faux des idées reçues

Il est possible d’exercer 200 métiers différents après un bac général, technologique ou professionnel en lycée agricole. Vous l’ignoriez ? L’Etudiant fait le tour des clichés tenaces concernant cette filière.

Placé sous la responsabilité du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, l’enseignement agricole regroupe environ 800 établissements scolaires et 130 centres de formation des apprentis (CFA) et a accueilli en 2019 plus de 162.000 élèves dans le secondaire. Pourtant, ces structures restent méconnues du grand public et des clichés leur collent encore à la peau. Démêlons le vrai du faux avec des témoignages d’enseignants.

Les lycées agricoles sont forcément des lycées professionnels

FAUX. Comme dans l’Éducation nationale, il existe des lycées professionnels (LPA) et des lycées d’enseignement général et technologique (LEGTA). Le bac général est le même qu’ailleurs « mais ne propose que trois enseignements de spécialité : maths, physique-chimie et biologie-écologie », détaille Isabelle Blanchard, proviseure adjointe du lycée agro-viticole de Blanquefort (33). Le bac technologique se nomme STAV (sciences et technologies de l’agronomie et du vivant) et se décline selon cinq options : aménagement, production, transformation alimentaire, services à la personne ou agroéquipements.

Les élèves sont tous des enfants d’agriculteurs

FAUX. Il est loin le temps où la majorité des élèves étaient des enfants d’agriculteurs désireux de reprendre l’exploitation familiale. « Il y en a, oui, mais nous avons aussi beaucoup de jeunes citadins sans lien historique avec l’agriculture et des jeunes ayant simplement une sensibilité environnementale et écologique », résume Franck Mathieu, proviseur adjoint du lycée Pixérécourt, près de Nancy (54).

Bienvenue dans les start-up de l’agriculture high-tech

Les études en lycée agricole demandent un goût pour la nature

VRAI. S’il n’est pas nécessaire de vouloir devenir agriculteur, il faut au moins avoir « une appétence pour l’environnement, le vivant, le monde qui nous entoure », estime Gabriel Munoz, enseignant au lycée de Saint-Germain-en-Laye (78). En filière générale, les élèves apprécient le cours de biologie-écologie, que l’on trouve uniquement en lycée agricole. « Ils peuvent être amenés à construire des hôtels à insectes ou des nichoirs à oiseaux », relate Isabelle Blanchard. L’option hippologie-équitation, proposée par les établissements qui ont leur propre centre équestre, est aussi très attractive.

5 raisons de viser un métier de l’agriculture

Il n’y a pas beaucoup de débouchés après un lycée agricole

FAUX. Les lycées agricoles préparent à une large palette de métiers dans « l’industrie agroalimentaire, l’aménagement paysager, la gestion de l’eau, les services à la personne, soit en tout plus de 200 professions« , énumère Franck Mathieu. Certains élèves poursuivent leurs études en BTS agricole, mais beaucoup d’autres choisissent la voie de l’université, d’un BUT (ex-DUT) ou d’une classe prépa. Parfois dans le but d’intégrer une école vétérinaire ou une école d’ingénieurs.

Les lycées agricoles fonctionnent comme des exploitations à part entière

VRAI. La grande majorité des établissements possèdent leur propre exploitation attenante. Celle-ci sert de support pédagogique pour les travaux pratiques et les stages. Sa nature dépend de la spécialité de l’établissement : à Saint-Germain-en-Laye, les élèves disposent par exemple d’une serre horticole et d’un atelier paysager. Ces exploitations doivent fonctionner comme dans la vie réelle, ce qui leur confère un rôle dans l’économie locale.

Immersion au cœur du lycée agricole de Saint-Germain-en-Laye

Les lycées agricoles sont sélectifs

VRAI. Dans le public, l’affectation en lycée agricole se fait, comme dans l’Éducation nationale, via la plateforme Affelnet. Ce n’est donc pas le lycée qui choisit ses élèves directement, mais l’inspection académique. En revanche, les établissements agricoles ne sont « pas soumis à la carte scolaire », indique Sandrine Mirassou, du lycée Montardon, près de Pau (64).

Sans critère de proximité géographique, ce sont les résultats scolaires du collège qui priment. « Il faut nous mettre en premier choix sur Affelnet pour espérer être pris », prévient la proviseure adjointe. Peu nombreux et aux effectifs modestes (entre 300 et 500 élève), les lycées agricoles ont souvent un rayonnement départemental voire régional. Autour de 60% des élèves sont internes.

Zoom sur un après-midi sucré

C.Samson

Les élèves se sont retrouvé·es le mercredi 20 janvier en début d’après-midi en  cuisine pédagogique pour faire des crêpes et des cookies. Une activité qui a permis de réunir 9 élèves pour passer un moment convivial et chaleureux. La dégustation qui a suivi a été très appréciée ! A renouveler sans modération !