ZOOM sur…l’Enseignement Agricole


Source: https://www.letudiant.fr/lycee/lycees-agricoles-le-vrai-ou-faux-des-idees-recues.html



Lycées agricoles : le vrai ou faux des idées reçues

Il est possible d’exercer 200 métiers différents après un bac général, technologique ou professionnel en lycée agricole. Vous l’ignoriez ? L’Etudiant fait le tour des clichés tenaces concernant cette filière.

Placé sous la responsabilité du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, l’enseignement agricole regroupe environ 800 établissements scolaires et 130 centres de formation des apprentis (CFA) et a accueilli en 2019 plus de 162.000 élèves dans le secondaire. Pourtant, ces structures restent méconnues du grand public et des clichés leur collent encore à la peau. Démêlons le vrai du faux avec des témoignages d’enseignants.

Les lycées agricoles sont forcément des lycées professionnels

FAUX. Comme dans l’Éducation nationale, il existe des lycées professionnels (LPA) et des lycées d’enseignement général et technologique (LEGTA). Le bac général est le même qu’ailleurs « mais ne propose que trois enseignements de spécialité : maths, physique-chimie et biologie-écologie », détaille Isabelle Blanchard, proviseure adjointe du lycée agro-viticole de Blanquefort (33). Le bac technologique se nomme STAV (sciences et technologies de l’agronomie et du vivant) et se décline selon cinq options : aménagement, production, transformation alimentaire, services à la personne ou agroéquipements.

Les élèves sont tous des enfants d’agriculteurs

FAUX. Il est loin le temps où la majorité des élèves étaient des enfants d’agriculteurs désireux de reprendre l’exploitation familiale. « Il y en a, oui, mais nous avons aussi beaucoup de jeunes citadins sans lien historique avec l’agriculture et des jeunes ayant simplement une sensibilité environnementale et écologique », résume Franck Mathieu, proviseur adjoint du lycée Pixérécourt, près de Nancy (54).

Bienvenue dans les start-up de l’agriculture high-tech

Les études en lycée agricole demandent un goût pour la nature

VRAI. S’il n’est pas nécessaire de vouloir devenir agriculteur, il faut au moins avoir « une appétence pour l’environnement, le vivant, le monde qui nous entoure », estime Gabriel Munoz, enseignant au lycée de Saint-Germain-en-Laye (78). En filière générale, les élèves apprécient le cours de biologie-écologie, que l’on trouve uniquement en lycée agricole. « Ils peuvent être amenés à construire des hôtels à insectes ou des nichoirs à oiseaux », relate Isabelle Blanchard. L’option hippologie-équitation, proposée par les établissements qui ont leur propre centre équestre, est aussi très attractive.

5 raisons de viser un métier de l’agriculture

Il n’y a pas beaucoup de débouchés après un lycée agricole

FAUX. Les lycées agricoles préparent à une large palette de métiers dans « l’industrie agroalimentaire, l’aménagement paysager, la gestion de l’eau, les services à la personne, soit en tout plus de 200 professions« , énumère Franck Mathieu. Certains élèves poursuivent leurs études en BTS agricole, mais beaucoup d’autres choisissent la voie de l’université, d’un BUT (ex-DUT) ou d’une classe prépa. Parfois dans le but d’intégrer une école vétérinaire ou une école d’ingénieurs.

Les lycées agricoles fonctionnent comme des exploitations à part entière

VRAI. La grande majorité des établissements possèdent leur propre exploitation attenante. Celle-ci sert de support pédagogique pour les travaux pratiques et les stages. Sa nature dépend de la spécialité de l’établissement : à Saint-Germain-en-Laye, les élèves disposent par exemple d’une serre horticole et d’un atelier paysager. Ces exploitations doivent fonctionner comme dans la vie réelle, ce qui leur confère un rôle dans l’économie locale.

Immersion au cœur du lycée agricole de Saint-Germain-en-Laye

Les lycées agricoles sont sélectifs

VRAI. Dans le public, l’affectation en lycée agricole se fait, comme dans l’Éducation nationale, via la plateforme Affelnet. Ce n’est donc pas le lycée qui choisit ses élèves directement, mais l’inspection académique. En revanche, les établissements agricoles ne sont « pas soumis à la carte scolaire », indique Sandrine Mirassou, du lycée Montardon, près de Pau (64).

Sans critère de proximité géographique, ce sont les résultats scolaires du collège qui priment. « Il faut nous mettre en premier choix sur Affelnet pour espérer être pris », prévient la proviseure adjointe. Peu nombreux et aux effectifs modestes (entre 300 et 500 élève), les lycées agricoles ont souvent un rayonnement départemental voire régional. Autour de 60% des élèves sont internes.

Zoom sur un après-midi sucré

C.Samson

Les élèves se sont retrouvé·es le mercredi 20 janvier en début d’après-midi en  cuisine pédagogique pour faire des crêpes et des cookies. Une activité qui a permis de réunir 9 élèves pour passer un moment convivial et chaleureux. La dégustation qui a suivi a été très appréciée ! A renouveler sans modération !

Zoom sur une action de solidarité


La solidarité n’est pas un vain mot pour ces quatre élèves de CAP 2 SAPVER. Sara FRAS, Agathe GENTIEN, Marilou GINFRAY et Mathilde BAUDEN ont manifesté dès leur arrivée dans l’établissement en septembre 2019 leur envie de mettre en place des actions solidaires. Pour rappel, leur première action s’est faite en partenariat avec le comité départemental de la lutte contre le cancer de Rouen et en  organisant une marche parrainée qui leur avait permis de collecter 800 euros.

Fortes de leur expérience, elles ont souhaité se réinvestir pour une cause. Elles sont allées présenter leur projet à Laurence VEILLON qui les a encouragées dans leur démarche. Une réunion le vendredi 22 janvier a permis de se projeter dans ce nouveau défi : des échanges ont eu lieu  pour le choix de  l’association, de préférence locale pour venir en aide à un enfant atteint d’une maladie orpheline. Pour collecter des fonds, elles vont proposer à leurs camarades de prendre au moins une grille de tombola (15 cases à 2 €) pour vendre une ou plusieurs cases à des proches, des  amis. Les lots seront des produits du lycée de Merval (fromage, jus de pomme entre autres). Dès le jeudi 28 janvier, elles vont passer dans les classes pour présenter leur action et  expliquer  leur démarche. Les grilles de tombola seront disponibles dès le lundi 1er février.  Une autre étape sera de rencontrer les responsables de l’association afin d’échanger sur leurs difficultés au quotidien afin d’apporter une aide qui répondra au mieux à leurs besoins.

 Nul doute que cette  action les confortera dans leur envie d’aider les autres et sera source de  rencontres humaines inoubliables !

Zoom sur … une nouvelle année

Ce bulletin d’information du lycée du Pays de Bray est l’occasion pour nous de vous souhaiter une belle et heureuse année 2021. Nos objectifs restent inchangés, la meilleure réussite scolaire et sociale de nos élèves, un bon état d’esprit citoyen et une excellente insertion professionnelle. La qualité de vie sur les deux sites du lycée, aussi bien pour nos élèves que pour l’ensemble des personnels, est aussi une préoccupation permanente malgré le contexte sanitaire. En espérant que la crise sanitaire s’atténue afin de retrouver des relations sociales plus conviviales et de pouvoir mener, dans de bonnes conditions, nos projets pédagogiques.

Cependant, nous pensons que la pandémie n’a pas dit son dernier mot, le fonctionnement de notre lycée reste, à ce jour, inchangé (jusqu’à nouvelles consignes). Nous allons donc poursuivre notre organisation en suivant le planning distanciel/présentiel par classe.

Les projets pédagogiques seront maintenus s’ils permettent de respecter les protocoles en vigueur, nous restons sur les mêmes principes que fin 2020.

L’ensemble de l’équipe éducative se joint à nous pour vous souhaiter à toutes et à tous une belle et excellente année.

La direction