AGENDA

ZOOM SUR...

A L'AFFICHE

Zoom sur…L’UNSS

L’UNSS ou Union Nationale du Sport Scolaire compte plus d’un million de licenciés collégiens et lycéens dont près de 20000 jeunes des lycées agricoles. Sur Merval, deux disciplines  sont actuellement bien représentées, le football et le rugby.

Football : le 12 novembre 2014

Trois équipes du lycée, 2 de cadets et une de juniors ont participé aux interzones de foot à 7, tournoi qualificatif pour les finales départementales UNSS !! Nous étions les plus représentés!
Côté sportif : du beau jeu et surtout le comportant de nos sportifs avec les adversaires et arbitres a été exemplaire ! Félicitations à tous !
Côté résultats, c’est un peu plus compliqué, nous avons encore une marge de progrès
Rugby le 05 novembre

Première compétition de rugby de l’année pour nos 2 équipes cadettes (elles étaient 17 !) >> tournoi de Bernay (27), qualificatif pour le championnat de France agricole 2014-2015
Beaucoup de jeu, d’engagement, de fair play, du soleil… bref que du plaisir pour cette belle journée de rugby.
Félicitations à tous les participants pour leur solidarité sur le terrain comme en dehors, ils ont fièrement défendu les valeurs et les couleurs du lycée (4ème place).
Ambiance plus feutrée  dans le bus au retour… ZZzzzz tout le monde a dormi, preuve que les matches furent joués avec générosité !
Une pensée pour notre blessée du jour qui reviendra plus forte !!unss1 unss2 unss3

Lionel Gibaux et Dany Toussaint

Mardi 2 décembre

beauave

Samedi 15 novembre, venez nombreux !!!

15112014

Comptage de gibier à Merval

Mercredi 24 septembre, à l’initiative de L’association des lycéens de Merval (ALM) 27 élèves se sont retrouvés au pied du château  pour un après midi de balade sur les 120 hectares du domaine sous la conduite de Paul Stagier et de corentin Cramilly élèves de bac pro 2 , les participants étaient positionnés à tour de rôle en traqueurs ou en observateurs sur chacune des parcelles afin de débusquer et d’observer la faune présente pendant trois heures avec un temps agréable, le sérieux et la discrétion  nécessaires pour ce type d’exercice, l’ensemble du domaine fut ratissé en particulier le bois des Pins , la Chênaie et la grande parcelle de maïs près du stade

le tableau de cette journée bien remplie s’élève à 3 lapins , une bécasse , 2  lièvres , 2 chevreuils et un renard ; de nombreuses  traces de sangliers étaient également visibles dans les parcelles de maïs.

Sarah, Julie et Elise de la classe de Stav 1, photographes à l’affut ont eu la chance de « shooter » les deux chevreuils (photos qui illustrent cet article)

DSC_0416 DSC_0417

A l’issue de ce comptage, les participants se sont retrouvés au foyer pour un goûter réconfortant.

P Lepeltier

 

Journée d’intégration des 1ères Bac Pro SAPAT

 C’est sous le soleil et dans la bonne humeur que s’est déroulée la Journée d’intégration des 1ères SAPAT ce jeudi 11 septembre.

Après un départ en temps et en heure, et bien que deux élèves n’aient pas pu venir, nous nous sommes rendus au Musée des Beaux Arts à Rouen. Une guide conférencière nous y attendait et nous a proposé, durant plus d’une heure et demie, un parcours initiatique au travers les différentes salles du musée pour découvrir et apprécier quelques uns des chefs-d’œuvre du musée allant de La Renaissance aux impressionnistes entre autres, avec les toiles de David, Clouet, Velázquez et Monet pour n’en citer que quelques uns.

Après cette matinée culturelle, nous nous sommes rassemblés pour un pique-nique dans le parc voisin, puis nous avons pris la direction de Saint Paër en bord de Seine.

Nous voilà donc partis à la découverte de la Vallée de l’Austreberthe sur un circuit de 6 km aller-retour de Saint Paër à Duclair. Par groupes de 6 par vélorail, chacun a pédalé à tour de rôle et l’entraide était de mise lorsqu’il a fallu, à l’extrémité de la voie, porter le vélorail pour lui faire faire demi-tour !

Une journée bien sympathique…

Le récit de nos deux enseignantes accompagnatrices donne envie et relate bien l’intérêt de ces journées d’intégration avec ce mélange de culture, d’activités sportives et surtout de convivialité et d’entraide. Une équipe ne peut gagner que lorsqu’elle joue et travaille collectivement.

Merci à Catherine Samson et Dominique Houguenade pour l’organisation de cette belle journée et aussi à notre chauffeur de car Jean Claude Colin.

intégration

Catherine Samson, Dominique Houguenade et Dany Toussaint

Enseigner à « produire autrement »

Dans son mot de rentrée destiné aux élèves et professeurs de l’enseignement agricole en Seine-Maritime, Mohamed Aarabi, directeur de l’EPLEFPA qui regroupe les dix centres de l’enseignement agricole public de Seine-Maritime, signale que « le cadre dans lequel s’inscrit [l'] enseignement [agricole] a connu des évolutions de fond, en lien avec les orientations des politiques publiques de l’éducation et de la formation tout au long de la vie et les politiques publiques agricoles ». En plus des loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République, du renforcement de la décentralisation, et des futures évolutions législatives législations dans le champ de la formation professionnelle et de l’apprentissage, l’enseignement agricole est concerné par la loi d’avenir de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt bientôt promulguée.

Depuis son arrivée au ministère de l’agriculture, Stéphane le Foll n’a qu’une expression à la bouche : « produire autrement ». Depuis le plan d’action « Enseigner à produire autrement » lancé au printemps, l’enseignement agricole doit ainsi constituer un des « leviers essentiels au développement de l’agro-écologie ». À ce sujet, Mohamed Aarabi pointe le « double défi de la compétitivité économique et de la transition écologique » que doit relever l’enseignement agricole, quand Dany Toussaint, directeur du Lycée professionnel agricole du Pays de Bray explique de son côté qu’il s’agit désormais de « produire le plus proprement possible, tout en assurant la rentabilité économique de son activité ». Cette insistance à mettre en avant la rentabilité économique de l’activité agricole, comme si les systèmes qui s’écartent de l’agriculture conventionnelle niaient cet impératif, traduit en creux l’inertie avec laquelle les établissements d’enseignement agricole font évoluer leur enseignement vers les systèmes plus durables, coincés qu’ils sont entre la nécessité de montrer la diversité des systèmes de production et l’ambition d’exemplarité.

LPA Merval - 2 - © christophe trehet

Au LPA du Pays de Bray, Dany Toussaint et son équipe d’enseignants sensibilisent les élèves à la diversité des systèmes de production au moyen de visites dans des fermes et au travers de l’expérimentation de pratiques culturales innovantes, dans la gestion des prairies temporaires en particulier. L’exploitation agricole du Domaine de Merval offre par ailleurs un exemple intéressant dans le domaine de la production de produits fermiers : elle transforme ainsi en Neufchâtel près de 400 000 l de son quota de lait, ainsi que les pommes de son verger en jus, cidre, etc. Grâce à cela, elle parvient à atteindre un relatif équilibre écologique.

Mais en ce qui concerne le verger conservatoire de 450 variétés de pommes que gère le LPA du Pays de Bray à Merval, Dany Toussaint ne cache pas ses difficultés à financer son entretien. On parle bien pourtant ici de biodiversité agricole, de potentiel génétique à préserver pour valoriser notamment les résistances naturelles aux maladies de certaines variétés. Mais ça ne semble pas rentrer dans le champ de l’agroécologie selon le ministère…

 

Christophe Trehet PARIS NORMANDIE du 5 septembre 2014

Une rentrée au lycée agricole du Pays de Bray

Le Domaine de Merval accueille l’un des deux sites du LPA qui propose des enseignements généraliste, en élevage et dédiés aux services à la personne

Le lieu est grandiose et baigné de soleil. Drôle de rentrée pour les nouveaux arrivants au Domaine de Merval, l’un des deux sites du Lycée professionnel agricole (LPA) du Pays de Bray, avec celui situé à Neufchâtel en Bray. Ce château datant du 17e siècle et orné de dépendances impressionne certains des jeunes élèves qui s’installent ici pour étudier. « Ça fait bizarre ! On se demande presque ce qu’on fait là !», s’amusent d’une seule voix Stéphanie et Mathilde qui entament une 2nde générale et technologique à Merval dans ce collège qui « change des collègues classiques ».LPA Merval - 1 - © christophe trehet

Ils sont presque 300 élèves cette année à intégrer le LPA du Pays de Bray, dont 160 à Merval et 140 à Neufchâtel. Si un tel effectif surprendrait plus d’un proviseur d’établissement de l’Éducation nationale, il est élevé pour ce lycée qui traverse de ce point de vue « une phase haute », comme en témoigne Dany Toussaint, proviseur du LPA. L’effectif est au complet, les internats sont pleins et la sélection à l’entrée a écarté beaucoup de candidats. Mais cela n’a pas toujours été le cas pour cet établissement, ouvert en 1989, qui réalise cette année sa 25e rentrée. « Nous sommes passés en cinq ans de 230 élèves au LPA à 300 », indique ainsi Florent Boullier, chargé de communication du LPA. À la différence des établissements dépendant de l’Éducation nationale, dont la population est captive puisque dirigée obligatoirement vers un site selon le principe de la carte scolaire, les lycées agricoles doivent se faire connaître auprès des parents et élèves afin d’entretenir leur effectif qui provient de l’ensemble du département et des départements voisins. « Il y a peu encore, le personnel du collège de La Feuillie, situé à quelques kilomètres, ne connaissait pas Merval… », souligne Florent Boullier en guise d’illustration.

Malgré les difficultés rencontrées par certains secteurs comme l’élevage, les vocations pour le métier d’agriculteur semblent donc ne pas s’éteindre, si l’on en croît le succès du LPA du Pays de Bray. Mais ce n’est qu’en partie exact, car il y a déjà longtemps que les enseignements dispensés dans les lycées agricoles dépassent le seul cadre agricole. Le site de Neufchâtel en Bray proposent ainsi une filière « services en milieu rural » orientés vers la vente, l’accueil et les services à la personne. Suivie majoritairement par un public féminin, cette filière y est développée au travers d’un CAPA (CAP dans les lycées agricoles), d’une seconde professionnelle et d’un Bac pro. Le Domaine de Merval héberge quant à lui les filières générale et agricole. La seconde est spécialisée dans le domaine de l’élevage et s’appuie sur une ferme de 130 ha. La filière générale, à l’instar de l’ensemble des lycées agricoles, est ici tout de même teintée d’agriculture. L’option offerte à Merval porte ainsi sur l’équitation et l’hippologie (l’étude du cheval dans son ensemble, ndlr), ce que de nombreux élèves viennent chercher pour se lancer par exemple dans l’élevage de chevaux.

À la différence des lycées généralistes dépendant du ministère de l’Éducation nationale, les LPA, dont l’enseignement est régi par le ministère en charge de l’agriculture, jouissent d’une plus grande part de liberté. 20 % des enseignements sont laissés à la discrétion des établissements. D’une façon générale, explique à ce sujet Dany Toussaint, « l’enseignement agricole constitue un lieu d’expérimentation pédagogique : le contrôle continu existe par exemple chez nous depuis 30 ans ». C’est également la question de la participation des établissements d’enseignement dans la vie d’un territoire, par l’action culturelle ou le développement économique, que le ministère de l’agriculture entend expérimenter depuis maintenant plusieurs années.

 

Christophe Trehet, PARIS NORMANDIE du 5 septembre 2014

Le mot du Directeur de l’EPLEFPA Seine-Maritime

En ce début d’année scolaire, je veux d’abord adresser aux enseignants, aux agents techniques, administratifs et de santé, aux personnels d’éducation, aux élèves, étudiants, apprentis et stagiaires, à chaque membre de la communauté éducative mes salutations les plus sincères et vous souhaiter une bonne rentrée 2014. Je sais que vous avez pris beaucoup de temps pour préparer cette rentrée, qui est toujours un rendez-vous important, pour nous mais aussi pour toutes les familles qui ont choisi de nous confier leurs enfants.

 

Dans une conjoncture éducative en pleine évolution, avec des changements qui sont à la fois structuraux, pédagogiques et économiques, nous avons des atouts fondamentaux pour rester un acteur important du territoire, dans nos domaines de compétence. Ces atouts définissent de larges perspectives qu’il nous faut confirmer.

 

Le cadre dans lequel s’inscrit notre enseignement a connu des évolutions de fond, en lien avec les orientations des politiques publiques de l’éducation et de la formation tout au long de la vie et les politiques publiques agricoles :

  • ·la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République qui répond à l’objectif d’élévation du niveau de qualification de tous les élèves et de réduction des inégalités ;
  • ·le renforcement de la décentralisation, notamment dans l’élaboration de la carte des formations professionnelles et par la préfiguration d’un service public régional de l’orientation ;
  • ·les législations à venir dans le champ de la formation professionnelle et de l’apprentissage.
  • ·le projet de loi d’avenir de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt qui vise à préparer l’agriculture française au double défi de la compétitivité économique et de la transition écologique ; il s’articule autour de six axes, dont l’enseignement agricole.

 

La concertation spécifique au champ de l’enseignement agricole s’est organisée autour des quatre thématiques suivantes : la promotion sociale et la réussite scolaire ; enseigner à produire autrement ; l’ouverture internationale, l’Europe et la mobilité des jeunes ; la formation des enseignants et des personnels non enseignants.

Dans ce contexte en évolution rapide, le ministère de l’agriculture a fixé le cap del’enseignement agricole. A ce titre, un projet stratégique de l’enseignement technique agricole a été élaboré; il présente onze priorités rappelées ci-après :

-  Renforcer la promotion sociale et la réussite scolaire ; favoriser l’accès à l’enseignement agricolesupérieur ;

-  Conforter les filières de l’apprentissage et de la formation professionnelle tout au long de la vie ;

-  Poursuivre la rénovation des diplômes ;

-  Relancer la pédagogie et les innovations ; développer l’utilisation du numérique ;

-  Enseigner à « produire autrement » ; renforcer la place des exploitations agricoles des

-  Etablissements ;

-  Poursuivre l’ancrage territorial des établissements et les liens avec leurs partenaires ;

-  Renforcer l’ouverture internationale ;

-  Développer les actions éducatives, l’apprentissage du vivre ensemble et l’éducation à la citoyenneté ;

-  Développer la formation initiale et continue des enseignants et de la communauté éducative ;

-  Appuyer les établissements d’enseignement dans leurs projets ;

-  Porter une attention particulière à la conduite du dialogue social.

Au niveau des évolutions pédagogiques, La loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République fixe un nouveau cadre pour le système éducatif, en faveur de la réussite de tous les jeunes et de l’élévation de leur niveau de qualification. Notre enseignement s’inscrit pleinement dans cet objectif. Par ailleurs, le projet de loi pour l’avenir de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt met en avant l’agroécologie comme levier central pour « produire autrement ». C’est en tenant compte de ces deux éléments déterminants que l’offre de formation de l’enseignement agricole doit être renforcée.

Les travaux de rénovation du CAPA ont été engagés depuis deux ans, dans la perspective de proposer un diplôme accessible aux scolaires sortants de 3ème, après une formation de deux ans pour une insertion professionnelle directe, tout en permettant pour certains titulaires les poursuites d’études. Cependant, afin de permettre aux équipes pédagogiques de s’approprier le nouveau cadre et d’éviter la coexistence de différents dispositifs, il est prévu que la réforme s’applique pour l’ensemble des spécialités à la rentrée scolaire 2015.

La rénovation du baccalauréat professionnel en 3 ans est achevée. La nécessité d’une part de renforcer la place de l’agro-écologie dans les référentiels et, d’autre part, en terme de parcours, d’articuler le baccalauréat professionnel avec le BTSA, amènera plus spécifiquement à une révision du baccalauréat professionnel « conduite et gestion de l’exploitation agricole ». Avec la rénovation des BTSA ACSE (Analyse, Conduite et Stratégie de l’entreprise agricole) s’achève la rénovation des BTSA lancée en 2009.

Les innovations pédagogiques seront encouragées dans la perspective d’inclure chaque apprenant dans un parcours de réussite. La loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école crée le service public du numérique éducatif. Dans ce cadre l’enseignement agricole renforcera sa stratégie dans ce domaine. La mise en place des espaces numériques de travail (ENT) va dans ce sens.

La concertation pour l’avenir de l’enseignement agricole a réaffirmé les atouts des exploitations agricoles et des ateliers technologiques pour à la fois réussir la transition agroécologique et développer des pédagogies innovantes et efficaces.Nos exploitations se sont engagées dans des pratiques agricoles innovantes dans des domaines très variés (préservation de la biodiversité, réduction des intrants, mise en œuvre d’une transition énergétique, conduite d’ateliers selon l’agriculture biologique, préservation de la qualité des eaux, mise en œuvre des référentiels HVE…). il convient d’encourager la transition de nos exploitations vers ces changements de pratiques, en appui au projet agroécologique pour la France.

Pour vivre ces nombreux projets, plus de 2000 apprenants nous ont rejoint cette année dans les différents centres de notre EPLEFPA départemental ; au nom de toute la communauté éducative, je leur souhaite la bienvenue et tous nos vœux d’intégration et de réussite.

Début Juillet, il était bien question de réussite dans nos lycées, CFA et CFPPA. Les résultats aux examens ont été excellents (93% de réussite), confirmant une évolution constante depuis plusieurs années. Cela valorise la qualité de notre enseignement.

En ce début d’année scolaire, des pistes et des chantiers sont à conforter et à asseoir. Comme vous le percevez de nouveaux projets se dessinent, cela nous fait un ensemble de défis à relever. Avec des fondations solides et des orientations qui prennent plus que jamais toutes leurs valeurs, nous oeuvrons pour donner sa chance à chaque apprenant en lui permettant de progresser et de s’insérer et je souhaite que cette réalité forte perdure.
Bonne année scolaire à toutes et à tous !

 

M. AARABI, Directeur de l’EPLEFPA Seine-Maritime

Zoom sur… la rentrée

290, c’est le nombre d’élèves que nous allons accueillir sur le Lycée du Pays de Bray, 134 sur Neufchâtel et 156 sur Merval. Notre effectif est complet au regard des places ouvertes par notre autorité académique.

Retrouver ici toute l’organisation de la rentrée en téléchargeant ce fichier

Le pourcentage d’internes est en légère augmentation avec un  taux

record à Merval de 98% des élèves ayant choisi de dormir sur site.

Fort de notre expérience, nous sommes prêts pour une nouvelle rentrée, les moyens avancés par le ministère de l’agriculture sont identiques à ceux de l’année dernière, ce qui nous permettra de travailler sereinement.

Du côté des travaux, sur le site de Neufchâtel, pas de modifications importantes à prévoir, pour Brémontier, l’escalier de l’aile Nord a été re-vitrifié par les équipes de la région pendant les congés. A la rentrée, les sanitaires du premier étage du Château vont  être refaits ainsi que les travaux pour  l’installation de l’infirmerie au rez-de-chaussée.

L’ensemble des personnels du Lycée, est partagé par la même envie, le bien être et la réussite des jeunes qui nous sont confiés.

Bienvenue aux nouveaux élèves et bonne année scolaire à toutes et à tous !

 Dany TOUSSAINT

Proviseur

Résultats du concours photos SAPAT2B

Animadoc

Microsoft Word - AFFICHE ANIMADOC's. 2docx.docx

Semaine du goût

affiche0910

affiche20140901

Microsoft Word - AFFICHE£.docx

Au cdi du 8 au 18 avril

Microsoft Word - l'union europenne pourquoi comemnt affiche .doc

Concours photo CDI Merval

Microsoft Word - AFFICHE VOTE.docx.pdf

Semaine de la langue française à Merval

Microsoft Word - dis moi dix mots à la folie résultat.docx.pdf

Mercredi 22 Janvier 2014 à 13h30 au CDI

filmcdi

Au CDI Merval

Microsoft Word - dis moi dix mots à la folie affiche.docx

résidence d’auteur

Microsoft Word - compte rendu photo.docx